Vous êtes ici : Accueil > Une bactérie pour décontaminer les effluents radioactifs

Résultat scientifique | Dépollution

Radio dépollution

Une bactérie pour décontaminer les effluents radioactifs


Difficile à dépolluer, les éléments radioactifs que sont le strontium 90 et le radium 226 pourraient être extraits de l'environnement à l'aide d'une bactérie photosynthétique capable de les piéger de façon sélective. Coordonnée par l'Institut de Minéralogie, de Physique des Matériaux et de Cosmochimie (Sorbonne Université) cette étude a été menée en collaboration avec le BIAM.

Publié le 19 février 2020


Ayant contribué à la création des roches calcaires sur les temps géologiques, les cyanobactéries passionnent les spécialistes de l'évolution qui cherchent à comprendre leurs capacités à minéraliser certains éléments de la famille des alcalino-terreux (calcium, mais aussi baryum, strontium et radium). Parmi celles-ci, les chercheurs ont découvert que Gloeomargarita lithophora est capable de piéger préférentiellement le strontium (Sr), puis le baryum (Ba) et ce, même en présence d'un excès de calcium (Ca) ayant pourtant des propriétés chimiques analogues. En collaboration avec les équipes du BIAM, ils ont testé la capacité de cette bactérie à piéger le 90Sr et le 226Ra, isotopes radioactifs et toxiques, qui peuvent poser problème dans les eaux en cas de contamination environnementale. Dans les deux cas, le radioélément à l'état de trace a été intégralement incorporé par les cellules, même en présence d'un large excès de Ca.

Des expériences ont montré que les cellules qui ont accumulé une quantité importante de 90Sr conservent leur capacité de piégeage. Ces expériences ouvrent la voie vers une application d'utilisation de cette cyanobactérie pour décontaminer le 90Sr et le 226Ra des eaux environnementales ou des effluents radioactifs. La cyanobactérie se développant par photosynthèse, le procédé pourrait être mis en œuvre dans des bassins ouverts ou en photobioréacteurs.

Haut de page

Haut de page