Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Agenda > Séminaire au Biam d'Isabelle Basile-Doelsch (DR INRA)

Séminaire


Séminaire invité

Mécanismes de contrôle des stocks de carbone dans les sols : quelles questions de recherche pour le « 4 pour 1000 » ?

Du 24/05/2018 au 24/05/2018
Isabelle Basile-Doelsch (DR INRA)

​Conférencière : Isabelle Basile-Doelsch (DR INRA) invitée par Thierry Heulin (BIAM/LEMIRE)

L'initiative internationale « 4 pour 1000 » vise à accroitre la teneur en matière organique et la séquestration de carbone dans les sols. Elle a l'ambition de fédérer ses partenaires et de les inciter à mettre en œuvre des actions concrètes. Depuis son lancement il y a deux ans, plus de 280 organisations ont apporté leur soutien à cette initiative dont la gouvernance et la feuille de route commencent à se dessiner.

Les questions scientifiques en amont de ces actions concrètes portent sur les mécanismes qui contrôlent les stocks de carbone dans les sols. Il s'agit d'abord des mécanismes qui contrôlent les entrées de C (par les litières et les exsudats racinaires) et les sorties de C (par minéralisation ou érosion). Mais les mécanismes qui contrôlent les transferts du C dans les sols (bioturbation, transport particulaire, colloïdal ou dissous) ainsi que les mécanismes qui stabilisent les MO (protection physique ou interactions organo-minérales) peuvent aussi avoir un effet déterminant sur la durée de stockage du C et favoriser la séquestration à moyen ou long terme. La compréhension fine de ces mécanismes, de leurs interactions, ainsi que leur prise en compte intégrée dans les modèles de C des sols (numériques et/ou conceptuels) restent des objectifs complexes de recherche.

Ajouté aux paramètres climatiques et pédologiques, le paramètre « temps » est aussi un paramètre déterminant à prendre en compte dans les effets conjugués des mécanismes. Des travaux récents apportent un nouvel éclairage sur la dynamique du C à l'échelle des profils de sol (Projet ANR Dedycas). La distribution des âges des MO des sols (déduite d'une méta-analyse de changements C3/C4 à l'échelle globale) montre que, alors que la couche 0.3-1.0 m représente en moyenne 47% de la MO, elle ne représente que 19% du C qui a effectivement échangé avec l'atmosphère au cours des 50 dernières années. Dans les systèmes analysés (prairies, forets et culture), la profondeur médiane de l'incorporation récente de C dans le sol minéral est peu profonde (10 cm).

Ce résultat à l'échelle globale ne doit pas cependant masquer la grande variabilité des réponses des sols suite à des changements d'usages ou de pratiques. Dans le détail, les profils de redistribution du C (perte ou gain) restent fortement dépendants des conditions pédoclimatiques. Un enjeu fort pour la recherche à venir est de déterminer quel(s) mécanisme(s) sont déterminants dans les différents contextes.

Infos Pratiques

Salle de conférence du bâtiment 177, de 11 h à 12 h, Centre CEA Cadarache
Pour les extérieurs, merci de contacter Najat Comte au 04 42 25 27 53 pour les formalités d'entrée sur le centre.

Haut de page