Vous êtes ici : Accueil > Soutenance de thèse d'Arnaux Laveilhé

Séminaire


Soutenance de thèse

Etude du potentiel d'un inoculum mixte dans l'amélioration de la santé du colza

Du 20/10/2017 au 20/10/2017
Arnaux Laveilhé (SBVME/LEMIRE)

​Conférencier : Arnaux Laveilhé (SBVME/LEMIRE) 

Résumé

Le modèle de production agricole actuel est en pleine évolution. Là où jadis prévalaient le volume et la qualité des productions, les enjeux actuels intègrent de nouvelles exigences reposant sur l’éthique et le développement durable. La question n’est donc plus de « comment produire plus » mais bien « comment produire plus efficacement ».
Désormais, il n’est donc plus envisageable de dépendre uniquement de l’usage de produits phytosanitaires pour garantir un rendement suffisant des cultures. La sortie de cette dépendance passe par l’exploration de nouvelles voies d’amélioration basées sur des démarches scientifiques.
Parmi les éléments de réponse proposés, l’axe exploré dans le cadre de ce travail repose sur l’amélioration de la compréhension des mécanismes mis en jeux au sein de la rhizosphère. Cette rhizosphère, définie comme étant la fraction du sol immédiatement influencée physico- chimiquement et biologiquement par les racines vivantes des plantes, est le siège de nombreuses relations mutualistes impliquant un bénéfice réciproque entre la plante et les populations microbiennes associées. Ces bactéries, appelées PGPR pour «Plant Growth-Promoting Rhizobacteria» ont sur la plante de multiples effets bénéfiques (phytostimulation, biocontrôle, nutrition, hydratation, etc.) qui seront détaillés dans la première partie de ce travail.
Un panel de sept souches bactériennes du type PGPR a été testé en interaction avec le colza, plante modèle pour cette étude dans le but d’évaluer la réponse de cette plante à l’inoculation. Des résultats préliminaires encourageants ont été obtenus in vitro quant à la capacité de ces rhizobactéries à croître en ayant les exsudats racinaires pour seule ressource de carbone et d’énergie.
Ce travail a été complété par une étude sur l'expression des gènes phytobénéfiques, phlD et hcnA, de Pseudomonas brassicacearum co-cultivé avec des champignons phytopathogènes et deux autres rhizobactéries (Kosakonia sacchari anciennement Enterobacter radicincitans et Rhizobium alamii) en présence ou en l'absence de plante, et en fonction de la disponibilité du fer.
La meilleure compréhension des mécanismes moléculaires régissant les équilibres écologiques entre populations microbiennes au sein de la rhizosphère permettra d’apporter de nouveaux éléments de réponse aux problématiques soulevées par l’évolution des techniques de cultures vers des pratiques plus respectueuses de la Terre et des Hommes.

Composition du jury :

  • Feth el Zahar HAICHAR (MCU, HDR, Lyon) : rapporteur 
  • Pierre-Alain MARON (DR Inra, Dijon) : rapporteur
  • Chantal TARDIF (PU, AMU, Marseille) : examinatrice
  • Lucie MICHÉ (MCU, AMU, Marseille) : examinatrice
  • Antoine BONHOMME (Directeur R&D, InVivo, Paris) : examinateur 
  • Thierry HEULIN (DR, CNRS, Cadarache) : directeur de thèse

Infos Pratiques

​La soutenance aura lieu Centre CEA Cadarache, salle polyvalente du bâtiment 151, de 14 à 16h.
Pour les extérieurs, merci de contacter Najat Comte au 04 42 25 27 53 pour les formalités d'entrée sur le centre.


Haut de page